D'en haut

by D'en haut

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Très beau digisleeve, créé par Tomàs Baudoin et Bioletta Marcassine.

    Cet achat vous permet également de télécharger immédiatement la version numérique du CD (pourquoi attendre de le recevoir pour avoir tout le loisir de l'écouter !!!).
    ///
    A lovely 2-panel digisleeve, designed by Tomàs Baudoin and Bioletta Marcassine.

    Includes immediate download of 9-track album in your choice of MP3 320, FLAC, or just about any other format you could possibly desire.

    Includes unlimited streaming of D'en haut via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 10 days

      €12 EUR

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €6 EUR  or more

     

1.
(Traditionnel des Landes, chanson de neuf, rondèu) A nau* denièrs son los garçons Coratge ma hilha cau tiéner bon A nau* denièrs que'us balhén Los òmis que's meten a la rason Coratge, ma hilha coratge *nau, ueit, sèt, sheis, cinc, tres, dus, un. --------------------------- A neuf deniers sont les garçons Courage ma fille, faut tenir bon A neuf deniers que tu leur donnes Les hommes deviennent raisonnables Courage ma fille, courage
2.
(Traditionnel tiré de « Anthologie de la chanson béarnaise », vol.2, André HOURCADE, éd. MonHélios, p.510.) Tres son seroletas Hilhas d'un baron. Lavan la bugada Suu cant de l'Ador. Quan la n'an lavada La'n tenen au só. B'a dit la purmèra : « Va aqui(u) gran claror ! B'a dit la segonda : « La lua i lo só ! » B'a dit la darrèra Que non at èra, non. Que n'eran las armas De son aimador. Clarejant en França Bàtent Aragon. Que hasèn batalha Contra l'Espanhóu. Adiu, l'amoreta Adiu, la mia amor. ----------------------- Elles sont trois sœurettes, Filles d'un baron. Elles lavent la lessive Sur le bord de l'Adour. Quand elles l'ont lavée Elles l'étendent au soleil. "Ah ! dit la première, Voici grande clarté ! - Ah ! dit la seconde, La lune et le soleil !" La dernière dit que ce n'était pas ça C'étaient les armes De son amoureux. Brillantes en France Battant Aragon. Elles livraient bataille À l'Espagnol. Adieu, l'amourette Adieu, mon amour.
3.
(Traditionnel tiré des "Chants populaires de la Grande-Lande, Félix ARNAUDIN, Tome 2, page 783, paroles additionnelles par Pierre SALLE.) Qu'èi hèit l'amor A ua bèra bruna, Mes ne sèi pas si l'atrap'rèi. Que l'aurèi, còsti que’n còsti. Ò ! Versatz me ua gota De’queth bon vin. Viva lo vin, viva l'amor, Viva ua b’ròja gojata La neit e lo jorn. (bis) Vòs tu venir, Charmanta bruna, T'i promenar hens lo jardin ? Que culhiram la bèra ensalada E de’quiths Bèths artichauts. Viva lo vin, viva l'amor, Viva ua b’ròja gojata La neit e lo jorn. (bis) Los artichauts Me son contrères, M'estimi mei un b’ròi garçon. Qui'm volha préner, Atau, per tèrra, E cent còps me hàcia l'amor. Viva lo vin, viva l'amor, Viva ua b’ròja gojata La neit e lo jorn. (bis) Car si l'amor Avè racinas, Que’n planterí hens lo casau. En planterí au long i au large, Que’n harí part Aus mons amics. Viva lo vin, viva l'amor, Viva ua b’ròja gojata La neit e lo jorn. (bis) ----------------------------------- J’ai fait l’amour A une belle brune, Mais je ne sais pas si je l’attraperai. Je l’aurai, coûte que côute. Oh ! Versez-moi une goutte De ce bon vin. Vive le vin, vive l'amour, Vive une belle fille La nuit et le jour. (bis) Veux-tu venir, Charmante brune, Te promener dans le jardin ? Nous cueillerons la belle salade Et de ces beaux artichauts. Vive le vin, vive l'amour, Vive une belle fille La nuit et le jour. (bis) Les artichauts Me sont contraires, Et je préfère un beau garçon. Qui veuille me prendre, Ainsi, par terre, Et cent fois me fasse l'amour. Vive le vin, vive l'amour, Vive une belle fille La nuit et le jour. (bis) Car si l'amour Avait des racines, J’en planterais dans le jardin. J’en planterais en long et en large, J’en ferais part A mes amis. Vive le vin, vive l'amour, Vive une belle fille La nuit et le jour. (bis)
4.
(Traditionnel des Landes, chanson de neuf, rondèu) Au miei deu bòi i a nau* ausèths (bis) Quan los ausèths s'en vòlen anar Vedi lo bòi qui brincaleja Quan los ausèths s'en vòlen anar Vedi lo bòi brincalejar *nau, ueit, sèt, sheis, cinc, tres, dus, un. --------------------------- Au milieu du bois il y a neuf oiseaux Quand les oiseau veulent s'en aller Je vois les branches du bois qui remuent Quand les oiseau veulent s'en aller je vois les branches du bois remuer
5.
(Traditionnel tiré du site Biarn.org) Au reng deus bienurós, que'n son las joenas filhas. Las qui an dus aimadors Que'us complàsen a tots Dab lurs beròis efèits Que'us renden satisfèits. L'ua d'aqueste endret, dus galans la cortisan. L'un qu'ei de condicion, L'agrada a sa faiçon Enqüera qu'a fiançat Dab un aute gojat Sa mair que'u ditz tostemps : "on vas tu la mea hilha ? - Ma mair, n'ajatz chegrin Quand no'm veiratz ací D'aci t'aciu darrèr Bissé no'm perderè." Era se'n va trobar son galant domestica. Que't soèti lo bon ser Si va plan qu'ei plaser. Lo men còr qu'ei content De't véder ací présent Diga-m la mea amor, si tu n'èras fiançada, Jo b'ac aurí cregut, Còr qui m'as prometut L'amor de l'interior Que non èra que tà jo. Si te'n prenés a jo, serés cabaretièra ; Harem córrer l'argent E víver alègrement, Non pas darrè'u bestiar Quauque còp mau passar. - Lo paisan m'a promés de me'n har ua filosa. Miralhs j'averà au cap, Estanh de tot costat, Tatchetas de leiton Heit tà l'admiracion. - Si te'n prenés a jo, en cadièra seguda Hielar deu ton plaser Deu matin dinca'u ser Husèus non mancaràs Jo be te'n saurèi har. Si te'n prens lo paisan, seràs tostemps dehòra, Au hred, a la calor, Au mulhat, a l'arrós, E préner hòrt sovent Quauque gran gelament Aqueth Joan de paisan, segut sus la banqueta, E't soviés l'aute ser Uei non j'a pas un mes, En d'aceth velhader Non sabè diser arren. -------------- (Tiré de « Anthologie de la chanson béarnaise », vol.1, André HOURCADE, éd. MonHélios, p.44.) Au rang des bienheureux, On compte les jeunes filles Celles qui ont deux amoureux Qu'elles contentent tous deux. Avec leurs jolis effets Elles les rendent satisfaits. Une jeune fille de ce lieu, deux galants la courtisent. L'un est de (bonne) condition, Lui plaît à sa façon Bien qu'elle se soit fiancée Avec un autre jeune homme. Sa mère lui dit toujours : « Où vas-tu, toi ma fille ? - Ma mère, n'ayez pas de chagrin Quand vous ne me verrez pas ici D'ici jusque là-bas derrière Sans aucun doute je ne me perdrai pas. Elle s'en va trouver Son galant domestique. Elle lui souhaite le bon soir S'il va bien c'est un plaisir. « Mon cœur est bien content De te voir ici présent. - Dis-moi mon amour si tu n'étais pas fiancée Moi j'aurais cru Cœur que tu m'as promis Que l'amour de l'intérieur N'était que pour moi. Si tu me prends (pour mari) tu seras cabaretière Tu feras circuler l'argent Tu vivras allègrement Non pas derrière le bétail Passer souvent de mauvais moments. - Le paysan m'a promis de me faire une quenouille. Des miroirs elle aura au bout, De l'étain de tous côtés, Des petits clous en laiton Tout cela fait pour l'admiration. - Si tu me prends, assise sur une chaise, Tu fileras pour ton plaisir Du matin jusqu'au soir De fuseaux tu ne manqueras pas Je saurai bien t'en faire. Si tu prends le paysan, tu seras toujours dehors, Au froid, à la chaleur, Au mouillé, à la rosée, Et prendre fort souvent Quelque grande gelée. Ce nigaud de paysan assis sur la banquette, Te souviens-tu l'autre soir II n'y a pas un mois Dans cette veillée II ne savait rien dire. »
6.
(Traditionnel tiré de « Anthologie de la chanson béarnaise », vol.1, André HOURCADE, éd. MonHélios, p.332.) A Vièla e a Vilhèras Qu'avem quauques turments Dab la valea d'Aspa Qu'avem gran diferent. Montanhas son montanhas Non n'i a corn las d'Achòs Au mond tan desiradas Deu vilatge d'Escòt. Que volèn la termièra Au som deu Tucolet Au còth de Maria Blanca Lo mes beròi endret. Tretze vaquèrs de Vièla Que pujàn t'aquiu haut Que traucàn la Teqüèra Entau camon de haut. Qu'anàn liurar batalha A d'aqueths grans brigands Tà defénder la tèrra Qui tots aimavan tant. S'avèn deishat borrugas Au cap deus grans barròts Entà estar mei solides Que's tiràn los esclòps. Set demoràn per tèrra Estenuts aus Camons Los auts avón a huéger Capvath deu Barescon. Partín au mes a córrer Entà darrèr deus Plors T'anar portar la plenta Au parquet d'Auloron. Los de Vièla tranquilles Que'us espiavan a har. « Que podetz tostemps córrer Qu'avem ganhat l'ahar. » Que plantàn la termièra Darrè'u Serròt d'Achòs, La crotz qu'ei a la vista Au pè deu gran garroc. E quan tornàn tà casa Que podèn estar fièrs De racontar l'istuèra Com de grans guerrièrs. E tota la joenessa Qui aimava lo bestiar Dab gran reconeishença Lo ser qu'anà tringar. Adiu Maria Blanca E los Camons d'Achòs Non i a nada contrada Qui ei autan bèra enlòc. --------------------------------- À Bielle et à Bilhères Nous avons quelques tourments Avec la vallée d'Aspe Nous avons grand différent. Les montagnes sont les montagnes II n'y en a pas comme celles d'Achos Si désirées au monde Par le village d'Escot. Ils voulaient la limite Au sommet du Tucoulet Au col de Marie-Blanque Le plus joli endroit. Treize vachers de Bielle Montèrent là-haut Ils traversèrent la Tecouère Vers la prairie d'en haut. Ils allèrent livrer bataille À ces grands brigands Pour défendre la terre Que tous aimaient tant. Ils avaient laissé des nœuds Au bout des grands bâtons Pour être plus sûrs Ils retirèrent leurs sabots. Sept restèrent par terre Étendus sur les Camous Les autres durent s'enfuir À travers le Barescou. Ils partirent à toutes jambes Par derrière les Plous Pour aller porter la plainte Au parquet d'Oloron. Ceux de Bielle tranquilles Les regardaient faire. « Vous pouvez toujours courir Nous avons gagné l'affaire. » Ils plantèrent la borne Derrière le Serrot d'Achos, La croix est en vue Au pied du grand rocher. Et quand ils revinrent chez eux Ils pouvaient être fiers De raconter l'histoire Comme de grands guerriers. Et toute la jeunesse Qui aimait le bétail Avec grande reconnaissance Le soir alla trinquer. Adieu Marie Blanque Et les Camous d'Achos II n'y a aucune contrée Qui soit aussi belle nulle part.
7.
03:25
8.
(Traditionnel tiré de « Anthologie de la chanson béarnaise », vol.1, André HOURCADE, éd. MonHélios, p.196.) Crida dab la trompeta Tons espleits, vanitós, Fadòt, presomptuós, Lèisha'm soleta. Seg tas mila valors Vè-te'n aulhors ! Ja que hès batalhada De ma simpla amistat, Jo vei hens quin estat M'aurés botada Tu qui la vanitat Rend tant en.hlat. Si plan m'avès aimada Qu'at aurí conegut Si t'avèn trobat mut A la velhada, On as semiat lo brut Qui m'an rendut. La timida careça Non sap tròp çò qui vòu. La trompeta, lo shiulòu Tot que la blessa. Un bohet, l'arrajòu Tot que'u da paur. Plus lèu mica es.hlorida Dab bèth amistoset Qui parla a miei alet Qui cranh l'audida E sap guardar tà d'eth Lo son secret. Si quauqua estremviada Gostava un bahurlèr Tu qu'ès lo qui volè. Vè'u dar l'aubada. Jo't barri l'escalèr Deu men solèr. ----------------------------------- Proclame avec la trompette Tes exploits, vaniteux, Petit fat, présomptueux, Laisse-moi seulette. Suis tes mille valeurs, Va-t'en ailleurs ! Alors que tu fais si grand éclat De ma simple amitié, Je vois dans quel état Tu m'aurais mise (si je t'avais aimé) Toi que la vanité Rend si enflé. Si tu m'avais bien aimée Je l'aurais perçu Même si tu n'avais rien dit À la veillée, Où tu as semé le bruit Qu'on m'a rapporté. La timide caresse Ne sait pas trop ce qu'elle veut. La trompette, le sifflet Tout la blesse. Un souffle, un rayon de soleil Tout lui fait peur. Plutôt de la "mique" moisie Avec un beau petit amoureux Qui parle à mi-souffle Qui craint qu'on l'entende Et sait garder pour lui Son secret. Si quelque dérangée Appréciait un hâbleur Tu es celui qu'il lui faut. Va lui donner l'aubade. Moi je te ferme l'escalier De mon "chez moi"
9.
(Traditionnel, extrait de « Anthologie de la chanson béarnaise », vol.2, André HOURCADE, éd. MonHélios, p.398.) Capitèni Salias De matin se lhevà. Se'n va tustar la pòrta A la pòrta de Laa. Sa maire non drom guaire Que n'entenó lo tralh "- Ò patge, mon bèth patge Quin monde èran cela ? - Aciu qu'èran las tropas Ailàs ! de Mons de Laa. » Qu'au hons de Lanalonga Be vienen batalhar. - Ò patge, mon bèth patge Que te'n cau retirar." Capitèni Salias L'espada que tirà. Au permèr còp d'espada Cinquanta e'n hé perir. Au segond còp d'espada, L'espada se fení. Capitèni Salias De matin se lhevà. ------------------------------- Capitaine Salies De bon matin se leva. S'en va frapper à la porte À la porte de Laa. Sa mère ne dort guère Elle entendit le bruit des pas. "Oh page, mon beau page, Qui étaient ces gens-là ? - là-bas c'étaient les troupes Hélas ! de Monsieur de Laa. Au fond de Lanelongue Elle viennent livrer bataille. - Oh page, mon beau page, Il faut te retirer. Capitaine Salies L'épée il tira Au premier coup d'épée Cinquante en fit périr. Au second coup d'épée L'épée se rompit.

about

Mais aussi !

-----------------------------------------------------------
| T-Shirts en vente sur la boutique PAGANS |
-----------------------------------------------------------

T-shirt exclusif "D'en haut" et "D'en haut - cosmos". Plusieurs coloris et modèles au choix.

_Aquiu, ici, here !___________

/// pagansmusica.spreadshirt.fr ///

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░
░░░████░░░░░████░░░
░░░█████░░░█████░░░
░░░█████████████░░░
░░░░░█████████░░░░░
░░░░░█████████░░░░░
░░░░░█████████░░░░░
░░░░░█████████░░░░░
░░░░░█████████░░░░░
░░░░░░░░░░░░░░░░░░░
░░░░░░░░░░░░░░░░░░░


-----------------------------------------------------------


D'en haut
Musique d'ailleurs venant d'ici
Musica d'aulhors qui vien d'ací

Nous nous faisons l'écho d'une Gascogne que peu connaissent, mais que la plupart ont déjà pu ressentir. Nous portons les nouvelles de ceux d'en haut. Sur votre invitation, nous posons nos bagages chargés de cette grande lande qui court jusqu'aux Pyrénées. Le temps d'une étape, nous en sortons nos offrandes musicales, avant de repartir à nos explorations.
Duo acoustique, mais méfiez-vous... la douceur affichée n'est là que pour vous duper, car bientôt rôderont autour de vos oreilles les songes d'une Gasconha qui n'a pas fini de s'agiter.

"On your invitation, we put our luggage loaded of this great moor which running to the Pyrenees. Time step, we take our musical offerings before returning to our explorations. Acoustic duo, but beware... the sweetness is only displayed to trick you, because soon, will prawl around your ears, the dreams of a Gasconha who has not finished fussing."

credits

released February 15, 2013

Pairbon (Roman Colautti) & Tomàs Baudoin
// Chant en occitan (gascon), contrebasse, tambourins à cordes, flûte à trois trous, tabara, boha, bols tibétains, shruti box, hurgy toy, solive, rototom, plaques métalliques.

Enregistré au studio Artús en août 2012 et mixé fin 2012 par d’en haut, masterisé par Fabien Salabert - les hauts plateaux (www.leshautsplateaux.com) en janvier 2013.

Photos : Shape2 (Nicolas Godin) // 5hape2.free.fr
Dessins : Bioletta Marcassine (Sabine Courrèges)
Création graphique : Tomàs Baudoin

PAG003

Website :
hartbrut.com/den-haut/


++++ Contact ++++

Hart Brut // Laurent Moulédous
0033.(0)6.08.00.86.28 // laurent [à] hartbrut . com
www.hartbrut.com

L'association Hart Brut reçoit des aides de la Région Aquitaine et du Conseil Général des Landes. Membre du RAMA et de la Feppia.


++++ Extraits de presse ++++

// neospheres.free.fr - novembre 2013 //
Toute la chronique ici : neospheres.free.fr/disques/d-en-haut.htm
[...] Ce premier disque de D'En Haut est une bouffée d'oxygène, notamment par la simple utilisation d'instruments peu communs : des tambourins à cordes prodiguant un pur plaisir de cordes slappées, des rythmiques sur bouteilles de verre, du bol tibétain, des plaques métalliques... Et bien sûr ces chants en occitan dont on peut apprécier les sonorités même si on ne comprend pas ce qui se dit. Le registre n'est pas le même (quoique), mais D'en Haut évoque rien de moins que le Codona de la fin des années 1970, avec Collin Walcott, Don Cherry et Naná Vasconcelos, qui eux aussi nous envoyèrent de bonnes bouffées d'air frais en employant divers instruments "du monde".
(Eric Deshayes)

// Mondomix - septembre 2013 //
Toute la chronique ici : www.mondomix.com/news/d-en-haut-les-chansons-du-sud-ouest-de-la-france
Les chansons D’En Haut reviennent de loin. Du territoire gascon, des Landes et du Béarn principalement, où elles se pratiquaient voici des siècles et des siècles. Sans le travail patient de chercheurs acharnés, elles auraient sans doute péri corps et âmes, vers et mélodies, dans le néant des traditions perdues. Sans l’audace des deux musiciens d´En Haut, elles ne seraient sans doute jamais entrées dans l’imaginaire contemporain de si libre façon. Thomas Baudoin et Romain Colautti, tous deux membres des expérimentateurs occitans de la Familha Artus, font subir à ces histoires pastorales, guerrières ou courtisanes, un traitement de choc. [...] Entre harmoniques et dissonances, grooves appuyés et arythmies, se dessine un univers inédit que n’auraient renié ni les amateurs de krautrock, ni ceux du pionnier français bruitiste Albert Marcoeur. [...] Au centre d’un chaos ludique et bien contrôlé, les chants des deux complices s’élèvent fièrement et sans détour.
Preuve est faite une nouvelle fois que la scène occitane mérite une attention toute particulière.
(Benjamin Minimum)

// fRoots - www.frootsmag.com - aout/septembre 2013, N°362/363 //
The high land in this case is the Southern slopes of the Pyrénées, the south of Gascony and what we have here is the duo of Roman Colautti and Tomàs Baudoin singing in the Gascon language and accompanying themselves on boha bagpipes, three-holed flûte, double bass and a wide range of percussion instruments.
Well, that's a bare bones of description; now we have to find an explanation of how such a simple format can generate such excitement. Starting with the amazing percussion, you would have to imagine the sort of kitchen implement percussion that you get in some Rory McLeod or Ben Ivitsky productions and imagine it carried to its logical cross-rhythmic conclusion. Where the bass is present it makes itself known in a thundering manner and the boha follows musical rules that are all of its own. The singing is excellent on songs that seem to have a narrow musical compass. When the two of them sing in harmony, they sometimes stray into some unusual but compelling intervals.
Wyrd Folk is a genre that lacks an agreed definition and seems to mean different things according to who is using it. If it means traditional song that has been treated in a thoughtful, experimental, innovative yet weird manner that produces a gripping yet disorienting reaction from the listener, then this is it.
(Vic Smith)


// Plusieurs autres (et excellentes !) chroniques de l'album ci-dessous //
www.rootsworld.com/reviews/denhaut-13.shtml
www.pastel-revue-musique.org/2013/07/den-haut-chronique-cd.html
www.rythmes-croises.org/ethnotempos/articles.item.794/d-en-haut.html
www.zicazic.com/zicazine/index.php?option=content&task=view&id=10537


++++ Liens ++++

www.myspace.com/denhaut
www.facebook.com/denhautmusica
vimeo.com/user5657606

license

tags

about

Pagans Pau, France

label fondé par Artús.
Artistes: Cocanha, Super Parquet, Muga, La Preyra, Aèdes, Sourdure, Pèire Boissièra, Les Poufs à Cordes, Aronde, Romain Baudoin, Feiz Noz Moc'h, La Cleda, France, Klaustomi, The Seismic Zones, Pialuts, D'En Haut, Matèu Baudoin, The Balladurians, Xarnege, Ad'ArrOn, Le Choc Des Électrons Libres, Kat ça-i, Piriforme, Auzoo... ... more

contact / help

Contact Pagans

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account